Bouton
Retour au catalogue



Né à
Nova Gradiška (République de Croatie) en 1945,
Tomislav Dretar

 est titulaire d’un diplôme de la Faculté pédagogique de Rijeka et d’un troisième cycle à l’Université de Sarajevo.
Il sera professeur à l’Université de Bihać (Bosnie-Herzégovine) jusqu’à l’éclatement de la guerre en 1992.
Par ailleurs, poète et critique, il a publié une dizaine de recueils, dont des extraits figurent dans plusieurs anthologies bosniennes, ainsi que de nombreux articles en journaux et revues.
Forcé de fuir la Bosnie
durant la guerre, il s'est réfugié en Belgique oùil vit depuis lors et a obtenu la nationalité belge.
Il y a étudié le français, traduit en croate un recueil de poèmes de Monique Thomassettie, un récit de François Emmanuel et des nouvelles de Michel Lambert. Il a également traduit des textes de Charles Baudelaire, Georges Perec, Jean Cayrol, Xavier Deutsh, William Cliff, Paul Celan, Marc Quaghebeur, Carl Guesmer… Il a enfin traduit (à partir du français) la Bible (version œcuménique) et le Coran, publiés sur le net.
Il collabore avec Gérard Adam à la traduction en français d’auteurs croates et bosniens (Admiral Mahić, Dražen Katunarić, Lana Derkač, Karmen Media, Žarko Milenić…)



Tomislav Dretar

Logement social
Tableau de couverture :
© Monique Thomassettie
"Chant" (volet droit d'un triptyque)

Parole, mon logement social

Poèmes, 2010


98 pages.
ISBN: 978-2-930333-34-2
15 EUR

Traduit du croate par
l'auteur et Gérard Adam

Les poèmes du présent recueil, pétris d’humour et de nostalgie, d’autodérision, de philosophie et d’amertume, sont l’œuvre de l’exilé venu d’un pays éclaté se réfugier dans un pays en perpétuelle menace d’éclatement et qui déambule dans les rues de Bruxelles, observant sa terre d’accueil avec reconnaissance et perplexité, ainsi que de l’ex-professeur d’université émargeant au CPAS avant de se faire jardinier puis de se reconvertir en ce qu’on nomme pudiquement “laborantin” ou “technicien de surface” à… l’Université Catholique de Louvain-la-Neuve.


Extraits

                                        Je suis allé à la ville de Bruxelles
                                        Demander un logement social
                                        Ils m’ont donné leur parole
                                        Et depuis j’habite la parole
                                        Mon logement social
                                        Solide protecteur et gratuit
                                        Qui me chauffe me protège de la pluie
                                        Si vaste que toute ma famille
                                        Avec plaisir y mange à la table humanitaire
                                        De la capitale européenne
                                        Admirant la beauté linguistique
                                        De Bruxelles mon secret amour
                                        Qui n’a pas assez de paroles
                                        Pour loger nourrir gonfler d’espoir
                                        Les vagabonds sans toit de la langue française
                                        Créateurs de la plus rentable industrie céleste
                                        Car au commencement n’était que la parole
                                        Et je l’habite  j’habite la parole
                                        Des origines que Moïse
                                        Nous a laissée en héritage
                                        Je n’ai pas toujours cru ses dires
                                       Qu’au commencement n’était que la parole
                                       Et que j’en étais le profiteur
                                       Mais à présent j’affirme qu'au commencement
                                       Il n’est que la parole
                                       Je vis en elle et elle est
                                       Encore et toujours au commencement




           SDF de la poésie belge

           Bruciël tournoie comme dans le tonneau une goutte de bière
           Je suis un SDF de la poésie belge
           Et ne puis donc légaliser mes paroles
           Logement social de l’art poétique
           Sur la liste policière des habitants
           Lestes comme la pirouette d’une rivière ivre
           Dans la lumière de la solitude

           Je n’habite que le rythme
           N’allume ma poitrine avide
           Qu’aux seins de la jeune femme
           Qui peuple les romans à 5 cents
           Bon Dieu comme je voudrais lui faire danser l’amour
           Ne fût-ce que d’une syllabe slave
           Sans arracher nos pieds du sol
           Nous volerions là-bas
           Et sans réveiller les gouffres celtiques
           Érigerions des menhirs dans nos coïts cathartiques

           De plus je n’ai pas de chauffage central
           Fonctionnant au pétrole arabe
           J’illumine le ciel francophone d’iris croates
           Et d’Uvae ursi folium 1
           Le cœur ne peut se réchauffer
           Aussi suis-je le seul occupant
           De ce vieil autobus sans chauffeur ni passagers

 


                                                                               Ultime paysage

                                                                                Du val à la montagne le chemin longe la rivière
                                                                                Avec lui je serpente dans broussailles ou sablières
                                                                                Vers la lande proche où les spectres s’évanouissent
                                                                                Et les pavots dominent l’enrouement du sumac

                                                                                Le garçon qui m’accompagne et me guide tend l’index
                                                                                À l’horizon devant nous vers la pente du ciel
                                                                                Je manque de lumière pour éclairer le sol
                                                                                Et trébuche sur une roche guettant dans la pénombre

                                                                                Mon pas imprudent continue d’hésiter
                                                                                Entre départ et retour sans le moindre but
                                                                                Pas même comme il se doit au début du chemin
                                                                                Sans soleil pour m’éclairer parmi les branches de myrrhe

                                                                                Les douceurs de l’enfance quittées à jamais
                                                                                Trop tôt se sont éteintes au carrefour du Foyer
                                                                                De la voix de ma mère l’écho sonore et chaud
                                                                                Plus jamais n’apaisera les orages de mon âme

                                                                                Arrivant harassé au sommet de la montagne
                                                                                Je m'arrête et de mon œil vieilli regarde ma vallée
                                                                                Un dernier rayon d’enfance y pénètre en secret
                                                                                Fond en une ombre ultime la vallée du souvenir

 

Ce qu'ils en ont dit


Le 2 novembre 2010, Guy Stuckens lisait sur Radio Air-Libre, dans son émission "Cocktail Nouvelle Vague",
un poème tiré du recueil.

tilidom file storage



Le 28 novembre 2010, Tomislav Dretar était interviewé à la Foire du Livre Belge d'Uccle
par Madame Jacqueline Rousseaux, présidente de la Foire,
à l'occasion de la parution de son nouveau recueil.




FDLB-01

FDLB-02


*

Le Non-Dit N° 90

Non-Dit-90

« Je suis allé à la ville de Bruxelles / Demander un logement social / Ils m'ont donné leur parole /
Et depuis j'habite la parole… »
Ainsi commence le nouveau recueil de Tomislav Dretar. L'auteur interrompt la reconstitution de son
œuvre éparpillée durant la guerre en Bosnie pour nous offrir ces poèmes écrits dans un Bruxelles qui, de lieu d'exil, devient sa deuxième patrie. Le demandeur d'asile émargeant au CPAS, l'ex-professeur à l'université de Bihać devenu technicien de surface à Louvain-la-Neuve, arpente sa nouvelle ville et sa nouvelle vie, détaille les lieux et les rivages avec reconnaissance, perplexité, angoisse parfois (« Je verse des larmes sur mon pauvre Bruxelles, / Mais elle n'en verse plus sur moi, / Elle m'a envoyé une convocation / Grosse de l'éternelle angoisse / Qu'à l'heure dite au guichet je recevrai / L'ordre d'expulsion des personnes / Sans permis de séjour en règle. »)
II s'étonne comme un faux Candide, s'amuse quelquefois : « Le vicomte Christian de Duve dans La poussière de la vie / N'a trouvé que des bactéries / Et une pelisse en chinchilla pour sa femme / Lors d'une merveilleuse journée à Stockolm / À voir la lumière polaire se réveiller très loin / De l'existence de Dieu. » Il philosophe, cultive l'autodérision « Le 2 mars chaussée de Boondael / Le soleil avait les dents coupantes et l'œil inquisiteur / Pour fixer sans pitié mon gargouillant estomac / Et fouiller ma poche en quête d'une thune et de deux trous. / Le froid claquait des dents entre la caserne / De gendarmerie et mon cher CPAS / En ce jour où travaillant au noir j'avais accompli l'exploit / De mener à terme cinquante années d'une vie tortueuse... » Et il refoule sa nostalgie en lisant en catimini « Le Pain quotidien » de William Cliff.
Chaleureux, drôle, émouvant.
Michel Joiret.

*

Traversées N° 62


Né à Nova Gradiška (Croatie), Tomislav Dretar était professeur à l'université de Bihać (Bosnie-Herzégovine), ainsi qu'un poète reconnu, quand la guerre a bouleversé sa vie. Menacé de mort par les ultranationalistes pour sa fidélité au gouvernement bosnien, il a obtenu l'asile politique en Belgique, puis la nationalité belge... Voilà ce qu'on peut lire en quatrième de couverture à propos d'un poète, que j'avais eu le plaisir de présenter à Namur (en 2008) lors du Festival International de Poésie Wallonie-Bruxelles. Il reste
à ajouter à cela que Dretar est également traducteur (traduction du français en croate et du croate en bosniaque ou français : Michel Lambert, William Cliff, Monique Thomassettie, François Emmanuel, Admiral Mahić, Dražen Katunarić...)

J'ai mon chemin dont l'asile est Jésus-Christ
Je suis taoïste j'adore les femmes et j'en ai deux
la poésie comme explosion la solitude en guise d'orgie
Je suis donc un bigame consacré pratiquant
Vive la praxis contre la contemplation...

Résidant aujourd'hui à Drogenbos, Dretar cultive le paradoxe d'avoir fui un pays éclaté par la guerre pour
rejoindre un pays au bord de la scission. Ce paradoxe est d'ailleurs évoqué dans un recueil faisant la part belle à une ville de Bruxelles servant de prétexte à l'auteur pour dresser l'état du monde comme il va... Avec un humour caustique et un sens de l'autodérision saisissant, le poète narre avec jubilation les scènes d'une vie quotidienne dont il connaît les charmes mais aussi les dérives. Mais Dretar n'est pas pour autant un homme désabusé voire aigri et s'il n'hésite pas à fustiger les dérives d'un monde capturé par le capital, il s'extasie plus souvent qu'à son tour devant les forces et les « beaux fruits » de la vie.

Je verse des larmes sur mon pauvre Bruxelles
Mais elle n'en verse plus pour moi,
Elle m'a envoyé une convocation
Grosse de /'éternelle angoisse
Qu'à l'heure dite au guichet je recevrai
L'ordre d'expulsion des personnes
Sans permis de séjour en règle

Si, à l'instar du regretté Richard Brautigan, le poète prend ici un malin plaisir à tourner en dérision le moindre petit événement quotidien, il appréhende également ce même réel avec l'œil d'un philosophe. Parmi les thèmes évoqués citons : l'exil, la fuite du temps, l'exclusion sociale, le principe d'identité, le statut de la parole, du poète et de la poésie... Àtravers ce recueil, Dretar met finalement le monde en question et, pour notre plus grand plaisir, nous fait partager avec humour et sincérité sa foi inébranlable en une vie qu'il habille de son... désir sans fin.

Et si la Belgique se scindait ?
Où s'installeraient les moules
Et s'en raient les frites ?
Vers où coulerait la bière
Synthèse de la beauté belge ?

Traversées

Présentation par le poète belge Claude Donnay à la librairie D-Livre de Dinant
le 21 juin 2011
.








Croate, Belge, professeur à l'Université de Bihać (Bosnie-Herzégovine), Tomislav Dretar est un poète qui se traduit en français, aidé de son ami éditeur Gérard Adam, qui l'a fait connaître au public. Voici "Parole, mon logement social", publié en octobre 2010 (98 grandes pages, Ed. M.E.O.),
après « Aux portes de l'inaccessible », ibid., 2009.
L'humour, le naturalisme social, l'écriture baroque font de l'univers de Tomo un monde attentif aux fibres urbaines, aux reliefs nombreux de la ville, entre murs et consciences.
Sa manière d'alléger le réel , qui lui a été si lourd, puisqu'il dut s'exiler ici, à Bruxelles, sous ces ciels de pluie et de brume, nous vaut des passages très poétiques autant qu'humains, pour qui veut lire en poésie autre chose que de la réalité plaquée et morne. Voilà un poète qui sait ce qu'écrire poésie veut dire. Il a du souffle, de l'inventivité, des ressources en dépit des grisailles :

Le ciel est si généreux à Bruxelles chaque jour il le couvre de brume
Lui lave le visage toute la nuit pour qu'il ait des pensées plus claires
(…)
La parole est mon logement social
Je l'ai dit je suis poète
Et il est naturel pour un poète d'habiter la parole

Acide, notre auteur l'est. Ironique, certes. Voltairien, souvent. Humain, jusqu'à la lie :

La tristesse  bosnienne ne monte pas au ciel...
(…)

la Foire du Livre
N'est qu'une cohue autour de livres au rabais

On le comprend : qu'il n'aime pas la fausse littérature qui s'étale de nothomb en schmitt, cela va de soi, quoiqu'il faille des pages pour tous les yeux, n'empêche, sa poésie n'est pas au rabais, elle. Elle suscite, elle enfle, elle s'érotise, elle s'expose:

Et moi je ne serais pas poète si une fille aux seins pointus
Ne m'avait donné à sucer la différence de plaisir entre
La catharsis de l'esprit et du purgatoire céleste
un rien plus bas que le coeur


Lecteur de Cliff, Brüciel, auteur entre autres de « L'iris audacieux » (1980), est aujourd'hui le récitant d'un Bruxelles, non idéalisé, dont seules les brocantes donnent l'illusion d'une vie peu chère. Bruxelles vu par un poète européen, qui a toujours le souci d'élever le débat ou la poésie au débat réflexif, sans tomber dans les niaiseries idéologiques qui s'entendent çà et là, ailleurs.

Philippe Leuckx, Le Journal des Poètes.

Bouton
Retour au catalogue