Bouton
Retour au catalogue


Après des études de violon au Conservatoire de Bruxelles, quelques tournées internationales avec l’orchestre d’Helmut Lotti, plusieurs événements télévisés où elle accompagnait des chanteuses comme Natasha St-Pier ou Sarah Connor et la participation au groupe de rap « État groupal »,
Véronique Adam
s’est passionnée pour le fitness.
Elle a été championne de Belgique, médaille de bronze aux championnats d’Europe et du monde, avant de devenir coach sportive, fondatrice et manager de la salle de fitness Play2Move, dépositaire et propriétaire de la marque du même nom.
.
Pas faite pour
, son premier roman, bien que pure fiction, s'inspire de ses deux univers familiers.

Véonique Adam
© Alain Daussin

Pas faite pour
Illustration de couverture :
Mohamed Hassan de Pixabay

PAS FAITE POUR

Roman, 2020
Parution le 1er septembre

220 pages
ISBN : 978-2-8070-0248-7 (livre) –  978-2-8070-0249-4 (PDF) –  978-2-8070-0250-0 (ePub)
18,00 EUR (imprimé) — 11,99 EUR (e-book)

Cécile, obscure professeur de violon, plaquée par un compagnon qui réussit mieux qu’elle dans la musique, est une jeune femme frustrée, aigrie, manquant de confiance en elle. Ses amies lui offrent pour son trente-cinquième anniversaire un abonnement à une salle de sport qui va donner à sa vie un tour inattendu.
L’amitié d’une monitrice va l’amener à mettre ses préjugés de côté et lui faire découvrir un univers pour lequel elle ne s’imaginait pas faite.
La rencontre d’un abonné de la salle va bousculer son image d’elle-même et la déposer – peut-être – à l’aube d’une autre existence..
Un premier roman qui, outre un éclairage sur les domaines de la musique et du firness, témoigne, non sans humour et autodérision, des contradictions d'une jeune femme dans la société contemporaine.


e-book
13,99 EUR
(à partir du 1er septembre)



Extrait


Elle se gare à l’arrache sur le parking blindé du club de fitness au nom des plus original : « Le Club ». On dirait le nom d’un club échangiste, ce qui ne serait pas plus mal. Laurence m’oblige à la suivre au pas de course. À croire qu’elle va rater le train de sa vie. Et nous y voilà, exactement comme je l’avais imaginé ! À la réception une magnifique Barbie. Je ne savais pas qu’on en faisait grandeur nature. Je me demande à combien ils les vendent. Elle affiche un sourire de pub pour dentifrice spécial blancheur. Laurence lui fait la bise.
– Salut, Patricia, c’est la copine dont je t’ai parlé, on fonce au TAF de Manu, tu lui ouvres ?
Ni une ni deux, la barrière pivote et je continue ma course après Laurence, en route pour les vestiaires. Elle tire de son sac une tenue « qui m’ira très bien ». Hein ? Je ne vais tout de même pas porter ça ? Un legging rose flash qui ne se contente pas de laisser deviner la silhouette, et un top noir au logo fluo Nike, assorti à des baskets de la même marque. Il ne manque que le string par-dessus et on se fait le remake de « Véronique et Davina ».
– Grouiiiiiiiiiiiiiiilleuuuuuuuuuuu, le cours commence dans trente secondes.
Je suis, totalement résignée. Entrée fracassante dans la salle de cours, où Manu-le-beau-gosse nous fait un sourire qui vaut bien celui de Barbie. Décidément, ils doivent avoir des actions chez Colgate, ici !
– Salut, les filles, juste à temps, on va démarrer ! C’est la première fois que tu viens ?
La honte ! Tous se retournent et dévisagent « la nouvelle ». Je risque un coup d’œil derrière moi… Personne, c’est bien à moi qu’il s’adresse. « Heu, oui. »
[…] J’ai envie de m’enfuir, mais mes jambes ne me portent plus. Je suis figée sur place. Et là, musique à fond, les « autres » m’ont oubliée. Manu se trémousse sur son podium, « Allez les filles, on va se sculpter un corps de rêve pour l’été sur la plage ». Et c’est parti… à droite… à gauche… ah non, l’autre gauche… aïe… pardon. Un éléphant dans un magasin de porcelaine, l’expression prend en un instant tout son sens. Quinze minutes de « droite, gauche, devant, derrière, put your hands up in the air »… Enfin, ça se calme, je suis déjà au bout de ma vie. Encore quarante-cinq minutes, je veux mourir maintenant, trente-cinq ans, c’est un bel âge, non ?




Fitness

Fitness


Concours


Concours





Ce qu'ils en ont dit

*
Voilà l’histoire de Cécile, professeur de violon, qui se fait larguer par son mec. Pour elle, tout bascule. Alors qu’elle manquait déjà de confiance en elle, la situation ne fait qu’aggraver son état. Seule, elle perd le goût des plaisirs simples et se renfrogne dans une frustration sans fin. Pour son anniversaire, ses copines lui achètent un abonnement qui donne accès à un club de sport. D’abord réticente, elle finit par s’y rendre. S’ouvre alors un univers qu’elle ne connaissait pas. Là, l’amitié d’une monitrice la pousse à mettre ses préjugés en veilleuse et la rencontre avec un régulier de la salle lui permet de se remettre entièrement en question, en revoyant l’image qu’elle se faisait d’elle-même et en se lançant avec simplicité dans une activité qui, jusque là, lui était complètement hermétique. Véronique Adam signe un premier roman bourré d’humour et d’autodérision, qui dresse le portrait d’une trentenaire moderne en proie aux clichés de notre société et en quête de sa propre identité. Ainsi, voir cette jeune femme s’élever de l’insatisfaction et trouver son chemin grâce au sport est absolument réjouissant et captivant.

Sylvie Van Laere
, Bruxelles Culture.

*

Une vie en mouvement
Un roman ? Plutôt le journal intime d’une jeune violoniste, Cécile, qui vient d’atteindre ses trente-cinq ans, sans les fêter vraiment. Jugez-en : « Nulle en musique, nulle en sport, nulle en amour, nulle en tout ! Nulle, mon deuxième prénom ! »
Ses deux amies, Laurence et Jessica, ont décidé de marquer cet anniversaire ; d’ouvrir des fenêtres dans sa vie sage et rangée, entre le conservatoire, ses cours de violon à l’académie (« Je supporte de moins en moins les crincrins de mes petits génies en devenir »), ses éternelles pizzas surgelées, ses soirées solitaires depuis que Joachim l’a quittée, voici six mois. Elles lui offrent intrépidement un abonnement à une salle de fitness, le Club.
Une idée saugrenue, sinon stupide, selon Cécile, qui se résout de mauvais gré à fréquenter la salle. Presque une provocation, alors que « le sport, je l’ai toujours dit, je ne suis pas faite pour ! »
Une idée qui se révélera lumineuse, décisive, Cécile dirait plutôt « géniale », car elle s’en tient aux mots passe-partout, familiers, dans l’air du temps, émaillant ses récits et réflexions de « mec », « appart », « dingue », « bien- ou mal-foutu » et autres « super » ! Non seulement, passé le temps des douloureuses courbatures, elle prend goût aux exercices, en éprouve un bien-être, mais elle se lie d’une vive amitié avec Véro, la coach, qui lui compose un programme d’entraînement taillé sur mesure, et devient bientôt sa précieuse confidente.
Et, elle ose à peine y croire, le plus séduisant des habitués du Club, Danny, s’intéresse à elle…
Moment de grâce ? Métamorphose sans lendemain ? Ou début d’une aventure intérieure ? Cécile se sent palpiter, trembler, découvre un monde de sentiments, de sensations, à travers lequel elle devient ce qu’elle est.
On suit son chemin avec une sympathie qui n’est pas sans nuages. On se déprend ici et là de sa cause. On la voudrait plus exigeante, plus perspicace, parfois plus profondément aimante. Et l’épilogue nous réserve une surprise…
Si l’histoire de Cécile sonne vrai, c’est sans doute parce que Véronique Adam l’a connue de près. La quatrième de couverture nous apprend qu’après des études de violon au Conservatoire de Bruxelles et une vie musicale variée, elle s’est passionnée pour le fitness, en a été championne de Belgique notamment, avant de devenir coach sportive et de fonder sa propre salle.
Un parcours inspirant…
Francine Ghysen, Le Carnet et les Instants



*

Interview sur LN24
(émission consacrée à la rentrée littéraire en Belgique, en compagnie d'Ariane Herman, libraire de Tulitu, et d'Olivier Weyrich, directeur des éditions Wayrich)).


https://www.ln24.be/2020-09-04/pour-info-une-rentree-litteraire-post-confinement


LN24

*

Pour son premier roman, Véronique Adam nous plonge au cœur de deux domaines qui lui sont chers: la musique et le fitness. Un livre plein d’humour et d’autodérision qui fait du bien au moral.
Nous vous en parlions déjà il y a quelques jours dans notre article consacré à la rentrée littéraire: « Pas faite pour », de Véronique Adam, fait partie des livres à ne pas manquer en ce mois de septembre.
Un “feel good book” made in Belgium.
« Cécile, obscure professeur de violon, plaquée par un compagnon qui réussit mieux qu’elle dans la musique, est une jeune femme frustrée, aigrie, manquant de confiance en elle. Ses amies lui offrent pour son trente-cinquième anniversaire un abonnement à une salle de sport qui va donner à sa vie un tour inattendu. L’amitié d’une monitrice va l’amener à mettre ses préjugés de côté et lui faire découvrir un univers pour lequel elle ne s’imaginait pas faite. La rencontre d’un abonné de la salle va bousculer son image d’elle-même et la déposer – peut-être – à l’aube d’une autre existence. »
Ce n’est pas un hasard si Cécile est violoniste et fréquente une salle de sport. En effet, en plus d’être une passionnée de fitness, Véronique Adam est également une musicienne de talent. Après avoir suivi des études de violoniste au Conservatoire de Bruxelles, elle a fait des tournées internationales avec l’orchestre d’Helmut Lotti ainsi que plusieurs événements télévisés où elle a accompagné des artistes comme Sarah Connor ou encore Natasha St Pier. Autrement dit, on retrouve clairement un peu de Véronique dans le personnage de Cécile, un parfait clin d’oeil pour un premier roman.
« Pas faite pour » fait partie de ces romans qu’il est difficile de lâcher tant qu’on ne l’a pas terminé. C’est sans doute lié au fait que Cécile est un personnage très attachant dans lequel on peut facilement se retrouver. Comme elle, nous avons tous traversé des périodes difficiles, et nous sommes nombreux à nous être sous-évalués à au moins un moment dans notre vie. Mais l’histoire de cette jeune trentenaire nous rappelle que tout est possible et qu’il suffit parfois juste d’oser sortir de sa zone de confort et de s’ouvrir aux autres. Le tout est raconté avec beaucoup d’humour, ce qui en fait un livre assez « léger », parfait quand on veut s’évader de son quotidien le temps de quelques pages. Une chose est sûre, c’est qu’à la fin de cette lecture, vous vous sentirez remonté à bloc, prêt à relever de nouveaux défis. Et en plus de cela, vous aurez peut-être même envie d’aller à la salle de sport!
Julie Jandrain, Mode in Belgium.

*

« Pas faite pour », c’est le titre du premier roman de Véronique Adam et le moins qu’on puisse dire c’est que l’auteure est bien « faite » pour écrire, car on ne s’ennuie pas une seconde à la lecture de ce livre sorti en cette rentrée de septembre aux éditions M.E.O.
Cécile, la narratrice, est un personnage attachant. Une prof de violon, un peu paumée, solitaire, timide, toujours dans l’ombre de ses deux amies, Laurence et Jess. Pour son anniversaire, celles-ci lui offrent un abonnement d’un an dans une salle de fitness. Vraiment, c’est risible, pense Cécile, mais elle finit par aboutir dans la salle, et là, miracle, elle découvre un autre univers. Sa vie en est chamboulée.
Entre histoire d’amour romantique et fine observation de la vie actuelle de la génération 30 – 40 ans, le lecteur est emporté. J’ai tourné les pages ce week-end sans pouvoir me détacher du personnage de Cécile, et le style de l’auteure n’y est pas étranger. De l’humour, des formules percutantes, des phrases rapides et rythmées, bien en phase avec l’ambiance d’une salle de sport. Véronique Adam signe un premier roman bien abouti, et ce n’est pas un hasard si les états d’âme de la prof de violon et de l’athlète en salle sont si bien rendus puisque l’auteure les connaît « de l’intérieur », étant elle-même violoniste et championne de fitness.
Je gage qu’elle ne s’arrêtera pas en si bon chemin et qu’un deuxième opus succédera à ce roman vraiment très réussi.
Je ne suis pas au bout de ma pile de lectures automnales, mais je donne déjà le « maillot jaune » à Véronique Adam, et je ne puis que vous encourager à courir chez votre libraire pour l’acheter ou à le commander directement sur le site des éditions M.E.O.
Clodoc, Babelio


*

Cécile, 35 ans, nous raconte une année de sa vie, égrenant les jours, bons ou mauvais, avec franchise, fraîcheur, humour et même autodérision, et, l’air de rien, nous entraîne dans une réflexion sur la vie au quotidien, l’amitié, la tendresse (pour ses parents par exemple), le désir amoureux et le couple.
Une écriture à l’aune du récit, fraîche et tonique.
Jeanpierrebalfroid, Babelio.


*
Véronique Adam signe ici un premier roman nourri de sa propre expérience : elle-même est violoniste de formation et a joué dans différentes tournées et événements télévisés puis elle s’est passionnée pour le fitness dont elle a fait son nouveau métier et où elle s’est illustrée au plan sportif. Je crois que j’ai choisi ce livre parce que, comme l’héroïne Cécile au début du roman, je me sens aussi éloignée du fitness et de toute autre envie sportive qu’elle. Mais le cadeau offert par ses amies va finir par prendre beaucoup de place dans sa vie et par carrément la transformer. Elle va gagner en confiance en elle, son regard sur les autres va changer en positif et elle va même rencontrer l’amour, pas le grand amour de toute une vie mais une relation suffisamment forte pour participer à sa métamorphose.
C’est un roman qui peut paraître feel good mais qui illustre bien la vie des jeunes femmes actuelles, leur vie trépidante et pourtant lassante, leurs amitiés, leurs amours qu’elles n’hésitent pas à remettre en question pour un mieux (ou pas – l’ex-compagne de Danny semble rester dans un modèle assez traditionnel étouffant… pour l’homme). Il est intéressant aussi pour l’ouverture d’esprit renouvelée de Cécile grâce à sa coach Véro (tiens, tiens, la coach s’appelle Véronique 😉Non, non, les adeptes du fitness ne pensent pas qu’à leurs muscles.
Une année de vie racontée avec fluidité.

Anne7500 in De la Belgitude, Des Mots au féminin. #belgiqueterrelitteraire






Bouton
Retour au catalogue