Bouton
Retour au catalogue


Né à Vieux-Virton, en Lorraine belge, en mai 1939.
Claude Raucy
a été enseignant.
 Il est l’auteur de plus de cent ouvrages, livres pour adolescents, nouvelles, romans, poèmes, pièces de théâtre

Les orages possibles est son troisième livre aux éditions M.E.O., en plus d’un roman à quatre mains avec Aurélien Dony.

Claude Raucy
Portrait de l'auteur: © Gabriel Loriers

Les orages possibles
Photo de couverture: © Fabienne Monville


LES ORAGES POSSIBLES

Roman, 2021

148 pages
ISBN 978-2-8070-0292-0 (livre) – 978-2-8070-0293-7 (PDF) – 978-2-8070-0294-4 (EPUB))
15,00 EUR

Veuve très jeune, Charlotte entre dans les ordres. Elle travaille dans un orphelinat. Une petite vie apparemment tranquille, malgré les heurts fréquents avec la Supérieure. Malgré aussi la guerre et les difficultés de nourrir des enfants auxquels elle s’attache plus qu’il ne le faudrait.
Jusqu’au jour où un aviateur de la RAF vient se réfugier dans le grenier des sœurs…





e-book
9,99 EUR



EXTRAIT

Charlotte achevait de se déshabiller quand elle entendit des cris dans le couloir. On courait. Des portes claquaient.
La sienne s’ouvrit violemment. Quelqu’un entra. C’était l’aviateur aux yeux bleus. Il était essoufflé et disait des mots incompréhensibles. Gênée d’être surprise à moitié déshabillée, Charlotte jeta son grand peignoir sur ses épaules. C’est alors qu’elle comprit qu’on criait en allemand.





CE QU'ILS EN ONT DIT


*

Claude Raucy n’est plus vraiment à présenter. Poète et écrivain de chez nous, il a longuement exercé dans l’enseignement avant de se consacrer à plein temps à l’écriture. Chaque nouveau livre fait office de surprise. Cette fois, il nous entraîne dans la vie de Charlotte, veuve fort jeune qui choisit d’endosser la cornette des religieuses. Pour ce faire, elle entre dans les ordres et se met au service d’un orphelinat. Malgré des heurts réguliers avec la sœur supérieure, son existence suit le cours d’un fleuve tranquille, sans bonheurs particuliers mais sans malheurs non plus. Quant à la guerre qui gronde partout, elle feint ne pas s’en soucier. Néanmoins, son quotidien bascule le jour où un aviateur britannique déboule dans sa chambre, sollicitant qu’on le cache. Avec les Allemands à ses trousses, il sait que ses heures de liberté sont comptées. Peut-être sa vie ? Peignoir sur les épaules, Charlotte comprend que le temps de la tergiversation est révolu et qu’elle doit agir, avec les faveurs de Dieu ou sans. Divisé en trois parties, ce roman nous parle d’une époque révolue, de sentiments forts et de courage. Aussi de douleur et de résilience !
Amélie Collard, Bruxelles-Culture


*

Voilà un roman comme on les aime : plein d’aventures, plein de tendresse, merveilleusement écrit, classique en diable, et donc prêt à durer.
L’histoire se passe durant la seconde guerre mondiale, dans un couvent, où Charlotte est devenue, après son veuvage, sœur Marthe de la Croix. C’est un orphelinat, dirigé par une mère supérieure, sévère, peu conciliante.
Dans le civil, Charlotte avait un frère et une sœur, qui vit en Gaume.
L’arrivée au couvent d’un aviateur anglais qui y trouve refuge va apporter « des orages possibles ».
Le titre évoque bien sûr une règle éthique, de résistance au trouble, aussi bien qu’un morceau musical qu’un des personnages interprète à la fin du roman.
Gino, petit enfant choyé par sœur Marthe, va la retrouver bien plus tard.
L’épilogue – année 68 qui voit des bouleversements – est comme un hymne à la famille que peu ont pu connaître réellement.
Dans ce beau roman, où la petite histoire rencontre la grande, Raucy tisse nombre de thèmes essentiels : l’amour, l’amitié, l’accueil, la volonté farouche de faire de sa vie quelque chose de droit, de bien.
L’écriture, légère et fluide, le tact constant pour décrire au plus juste les personnages, la narration en quarante-deux chapitres bien huilés : bref, le roman captive et dégage un charme certain, celui des belles histoires contrariées qui, parfois, se terminent assez bien.
Pour l’avoir apprécié dans d’autres œuvres, je trouve que cet opus de Raucy vaut le détour, tant les atouts sont attachants. L’histoire et ses aléas y trouvent une place, et le lecteur, plongé dans cette période, en apprendra beaucoup.
Un beau roman.
Philippe Leuckx pour Nos Lettres et Bleu d’Encre.


*

Remarquez la jolie photo de couverture de Fabienne Monville.
L'histoire se passe en grande partie dans un couvent ou plutôt un orphelinat pendant la Deuxième Guerre mondiale.
Charlotte prend le voile sans grande conviction. Elle est jeune, jolie et veuve de fraiche date.
À une certaine époque, beaucoup de jeunes filles entraient au couvent après une déception amoureuse ou un veuvage. Charlotte se retrouve donc enfermée entre quatre murs, obligée d'obéir à la mère supérieure, une femme plutôt revêche, que le lecteur ne pourra nullement apprécier, même si l'auteur dit que ce n'est pas une mauvaise femme.
Un jour, un aviateur anglais vient se réfugier dans le couvent où Charlotte, devenue soeur Marthe, s'occupe des orphelins et plus particulièrement d'un petit garçon difficile nommé Gino.
En partant, le bel aviateur laissera un cadeau dans le ventre de la jeune femme...
Qu'adviendra-t-il de l'enfant? Sera-t-il élevé au couvent? Charlotte renoncera-t-elle au voile pour élever son fils?
Les réponses sont évidemment dans ce roman court, facile à lire, sans prise de tête que nous offre Claude Raucy en ce mois de septembre.
Par philippedester dans blog livresd'auteurs belges

*








Bouton
Retour au catalogue